Nairobi, le 16 mars 2012

Au début de la piste Kenyane qui longe l’Ouest du lac Turkana, nous avons rencontré encore quelques bergers Hammers, toujours parés de leur plume dans les cheveux. Toute la région bordant le lac est quasi désertique. Au 1er gros village, Banya Fort, contrôle des passeports mais pas de tampons. La piste, qui traverse un parc national, est un peu éloignée du lac. Les zones roulantes alternent avec des zones sableuses ou caillouteuses. Avant le soir nous avons regagné le bord du lac, à Kobi Fora où se trouve un « camp site ». En arrivant des groupes de grosses antilopes nous ont accueillis et nous avons pu apercevoir sur la berge, de loin, 2 ou 3 crocodiles et différentes sortes d’oiseaux dont des marabouts. Le lendemain, en atteignant le bout du parc, il a fallu payer 44 US$ par voiture pour le passage dans le parc (où il n’y a rien à voir à part ce que nous avons vu à Kobi Fora). Nous sommes arrivés à la nuit à Loiyangalani, au bord du lac. Nous avons trouvé un bon camp site où nous avons pu commander un bon repas local : de la perche du Nil, un excellent poisson de très grande taille pêché dans le lac.

 Nous avons repris la piste le lendemain et quitté définitivement les bords du lac Turkana pour nous diriger vers l’Est et rejoindre la route principale qui descend sur Nairobi. Pour ce faire, nous avons emprunté une petite piste qui s’est avérée particulièrement mauvaise, mais qui nous a permis de voir des Samburus. Les femmes de cette ethnie sont parées de très larges colliers de perles et d’habits très colorés. Les hommes sont grands et minces, très élégants et portent une coiffe décorée et emplumée, très colorée.

 Après une nuit dans un campement sommaire à Maisami, nous avons retrouvé, au bout de 20 km de très mauvaise piste, le goudron avec un grand plaisir. Là il a fallut faire attention et s’habituer à rouler à gauche. Sur le bord de la route nous avons rencontré plusieurs fois des groupes d’autruches. Dans l’après-midi, la route a commencé à grimper pour nous amener à proximité du Mt Kenya (4985 m). Nous avons trouvé un agréable camp site à 2800 m d’altitude ou la nuit a été assez fraiche (7°). Nous avions une jolie vue sur le Mt Kenya couvert de quelques plaques de neige. Toute cette région qui parait très fertile est cultivée et nous en avons profité pour nous ravitailler en bananes, mangues et ananas.

 Une dernière étape nous a conduits à Nairobi, où nous nous sommes installés au camp site « Jungle Jonction » tenu par Chris, un sympathique grand gaillard allemand installé ici depuis 13 ans. Ce camping, très bien tenu et très bien organisé, est le rendez-vous de tous les routards passant à Nairobi. Nous nous y installons pour quelques jours, le temps de liquider quelques démarches administratives, de vérifier la voiture (permuter les roues arrière usées avec les roues de secours), et de prendre du repos.