Arusha, le 23 mars 2012

Nous avons passé 1 semaine à Nairobi au camp site Jungle Jonction où on se trouve vraiment très bien. Terrain arboré, propre, employés sympas, électricité et wi-fi sont gratuits, cuisine équipée, atelier de réparation et autres services (taxi, recharge de gaz etc.) à disposition. A proximité, un grand supermarché avec boutiques, banques, restaurants.

 Nairobi nous a paru une jolie ville où il semble bon vivre, avec des habitants aimables, souriants et serviables. Avant de se séparer d’avec nos compagnons de route, nous avons passé ensemble une très bonne soirée au restaurant « Carnivore ». Ce dernier sert différentes sortes de viandes à gogo, (comme la churasca brésilienne), le tout excellent. En prime, le cadre et une ambiance musicale africaine.

 Bon, mais il a fallu reprendre la route. Nous avons modifié notre projet initial et renoncé au parc du Masaï-Mara. Il faut dire que les tarifs pratiqués sont dissuasifs, approchant les 200 US$/jour pour 2 personnes en voitures, même pour des parcs secondaires. Et les campings dans les parcs sont aussi très chers, sans pour autant être corrects. Nous ferons donc des parcs animaliers ailleurs. D’ailleurs, notre 1ère journée hors de Nairobi nous a confortés dans notre décision. Nous sommes partis vers l’Est, aux abords du Kilimandjaro (un peu moins de 5000 m) mais il était invisible, totalement dans les nuages. Nous avons donc décidé de partir sur Mombasa en traversant le parc Tsavo. Mais en cours de route nous avons rencontré plein d’animaux : différentes sortes d’antilopes, des autruches, des zèbres et des girafes. C’est à peu prés tout ce que nous pouvions espérer voir dans le parc. Finalement nous avons renoncé au parc et rebroussé chemin, surtout que le temps était menaçant. On a pris une bonne averse qui nous a fait espérer que le Kilimandjaro se dévoilerait et pris la direction d’Amboseli, qui est en face côté kenyan, pour passer la nuit dans un bon camp site, à proximité du parc. Le lendemain, au réveil, le beau volcan s’est un peu dévoilé et nous avons pu voir que son sommet était encore bien enneigé.

Nous avons repris la route principale Nairobi-Mombasa où circulent une noria de camions faisant la liaison entre la capitale et le port. La conduite sur cet axe a vraiment nécessité toute notre attention, la règle étant de ne pas respecter la règle. La route est assez jolie, terre de latérite rouge, verdure et ciel bleu. Plus loin, une vallée pleine de baobabs. En cours de route, nous passons à proximité d’un parc. Image insolite, d’un troupeau de zèbres broutant au bord de la route. Nous sommes arrivés entiers en fin d’après-midi à Mombasa, ville portuaire aux routes défoncées, sales, que nous avons eu hâte de traverser pour prendre le bac nous permettant d’aller un peu plus au sud, à Diani Beach, petite ville balnéaire où viennent bronzer quelques touristes.

Là, nous nous sommes installés pour 3 jours dans un camping, à 50 m d’une plage de sable blanc. L’Océan Indien est ici calme, l’eau turquoise à 28°c. Nous avons fait appel aux services de « Captain Souleymane » et de son petit boutre, une matinée, pour aller faire un peu de plongée sur une barrière de corail. Il nous a trouvé du poisson frais et une petite langouste que nous avons fait grillés et dégustés le soir, avec un bon vin blanc. Un bon break avant de reprendre la route pour la Tanzanie.