Tukuyu, le 2 avril 2012

 Après le parc du Ngorongoro, retour vers l’Est, jusqu’à l’Océan Indien. Le long de la route, beaucoup de grandes plantations de sisal, mais qui sont sur le déclin. Nous avons fait étape à Lushoto,  village situé en haut d’une montagne où il faisait frais et qui a un joli point de vue sur la vallée qu’il domine. Le lendemain, direction les plages. Pangani d’abord, qui a un lointain passé portuaire arabe et perse. Nous avons retrouvé la chaleur moite de la côte (33°). Le camping étant au bord de l’eau nous avons pris un bain de mer, mais celle-ci était trop chaude pour nous rafraichir. Le lendemain, Bagamoyo, autre plage, encore plus chaude. Enfin Dar-Es-Salaam, ou plutôt un camp, toujours au bord de l’océan, à 10 km au Sud, qui nécessite une traversée avec un bac surchargé. 60 voitures, des centaines de piétons, des motos, des vélos transportant des noix de cocos, des sacs de charbons, du poisson etc.

 Le gérant a pu nous organiser un petit séjour de 48 h à Zanzibar. La voiture est restée au camp et nous sommes allés au port en taxi prendre un bateau rapide pour une traversée d’1h30. A Zanzibar, malgré la chaleur lourde et humide, nous avons circulé à pieds en nous contentant de la visite de la vieille ville de Stone Town, et de ses toutes petites ruelles. Il y règne une ambiance d’escale maritime d’une époque révolue. Beaucoup de petites boutiques et d’habitations aux portes sculptées avec des motifs soit arabes, soit indiens, mais aussi des magasins de souvenirs et d’artisanat. En bord de mer, quelques très beaux bâtiments anciens et un beau jardin qui est assez animé. Plusieurs petits bistrots en plein air, beaucoup de gamins qui se baignent et font des plongeons à proximité des boutres des pêcheurs. Tous les soirs, un marché de nuit où on ne trouve que de la restauration et des boissons attirent du monde et des groupes de touristes. Ces derniers étaient assez nombreux bien que se soit la basse saison. Pour la nuit, nous avons loué une chambre chez l’habitant, dans un immeuble ancien situé dans une petite ruelle. L’intérieur avait été rénové et modernisé. Pas de clim dans la chambre mais seulement un brasseur d’air au-dessus de la moustiquaire.

 Le matin, nous avons repris notre visite par le grand marché, et un ancien lieu de détention d’esclaves, la traite étant à la base de l’essor de l’île lorsqu’elle était encore un sultanat omanais.

 Nous avons bien aimé Zanzibar, son ambiance paisible, le charme de la vieille ville. Mais nous y avons eu très chaud, de jour comme de nuit car ce n’était pas la bonne saison pour y aller.

 Après avoir retrouvé notre camping et notre voiture, nous n’avons pas trainé sur la côte et sommes repartis vers l’Est en direction du Malawi. La route traversant un parc, nous avons pu voir quelques bêtes, dont un troupeau d’une quinzaine d’éléphants d’assez près. Après le parc, elle traverse une longue vallée couverte de baobabs. Les camp sites où nous avons fait étape étaient particulièrement bien. Entre deux, nous avons pu visiter le site d’Isimilia, avec ses belles « cheminées de fée » cachées dans un petit canyon, dont certaines ont plus de15 m de haut. Des vestiges préhistoriques ont également été découverts sur ce site.

Avant de passer au Malawi, nous nous sommes arrêtés 40 km avant, à Tukuyu, pour une petite pause et une visite de cette jolie région, très verte, située entre 2300 et 1500 m d’altitude. Beaucoup de cultures et de plantations (bananes et thé) et quelques sites tels que pont de lave (qui aurait 15 millions d’années), torrent tumultueux se déversant dans un « chaudron », cascades, lacs. Nous avons fait les 2 premiers. En passant, nous avons assisté sur un marché bananier au chargement de centaines de régimes de bananes dans des camions. Image pour nous insolite. 

Pour voir le chaudron, nous avons eu une surprise. La piste traverse un grand camp de prisonniers, en pleine nature. L’encadrement semble militaire, avec des allures très « british ». 2 contrôles de passeport, 3 barrières et une accompagnatrice avant d’arriver sur le site où on voit l’eau tumultueuse d’un torrent s’engouffrer dans un grand trou, sous une arche de lave. Une partie de cette eau s’écoule en gros bouillonnements, mais une autre resurgit plus loin en petit geyser.

 Repos cet après-midi et alimentation de notre blog. Demain nous passerons au Malawi.